Imprimer

 

Taille d'hiver

Cette taille comprend d'une part la taille de formation des jeunes sujets et d'autre part la taille de fructification qui vise à obtenir le plus tôt possible des fruits de bonne qualité et en quantité raisonnable ; le tout sans épuiser l'arbre prématurément. Elle se pratique de décembre à mars, en dehors des périodes de gel.

taille hiver1


OBSERVATIONS :
la sève montante se porte plus spécialement vers le bouton terminal et vers les boutons les plus voisins de la charpentière et des rameaux. Le bouton terminal agit comme un chef de la branche, c'est lui qui prend le maximum de sève, au détriment des autres bourgeons qui ont plus de mal à créer de nouveaux rameaux. En général, tailler le bourgeon terminal provoque le départ des bourgeons qui cherchent à devenir "chefs de branche".

I. Tailler tôt et court les sujets faibles

taille hiver2

La sève se concentre de bonne heure dans les rameaux très raccourcis, les fait se développer avec plus de vigueur que si elle avait à se répartir sur la totalité des rameaux et des boutons existants avant la taille.
Tailler poiriers et pêchers début février, les pommiers début mars.

II.Tailler tard et long les sujets vigoureux

taille hiver3


La taille tardive supprime comme précédemment le bouton terminal et les boutons les plus voisins sur lesquels la plus grande partie de la sève s'est dépensée.
Il y a un retard de végétation sur les bourgeons conservés, la sève devant refluer vers eux et les alimenter plus faiblement que ceux éliminés, et ce d'autant que la taille longue diminue la concentration de la sève.
La floraison se trouve ainsi retardée et peut échapper aux gelées printanières. La mise à fruits est facilitée par la plus faible alimentation des yeux conservés.
Tailler début avril.

III. CAS DE DESEQUILIBRE VEGETAL

taille hiver4

TAILLER en même temps : court les éléments vigoureux, et long les éléments faibles. En supprimant sur les rameaux vigoureux, le plus grand nombre de boutons à bois, on prive ces rameaux de feuilles qui assurent la végétation et le développement ; la sève y arrivant étant utilisée en moins grande quantité, est refoulée au profit de la partie la plus faible sur laquelle on maintient le plus grand nombre de boutons à bois.

Pour plus de renseignements et des leçons sur le terrain, adhérez à notre association (voir la carte de France pour trouver votre association locale)

Affichages : 18300