SAVOIE TARENTAISE BEAUFORTAIN

Président : Alain BURNER

378  Montée du Château

73460 VERRENS ARVEY

 

Tél : 04 79 32 13 76

Retour à la carte de France

Présentation :

 

logo 

 

 

                                  oiseaupom                                      

 

 

croqueurspresentation

 


 2016-2020 : Les Croqueurs de Savoie Tarentaise Beaufortain, LEADER pour les vergers.

 

leader

LEADER : c'est le nom du programme européen (Liaison Entre Actions de Développement de Economie Rurale) destiné à soutenir des projets de développement rural par le biais de financement FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural).

En Tarentaise, L'assemblée du Pays Tarentaise Vanoise est la structure porteuse du Groupe d'Action Local (GAL) qui pilote la démarche.

 

"Renaissance des vergers de Tarentaise"

 

C'est l'intitulé du projet présenté par les Croqueurs qui en assurent la maîtrise d'ouvrage. Il est conçu pour continuer, renforcer et amplifier les actions qu'ils mènent depuis 12 ans en faveur des prés-vergers.

 

Cette renaissance comporte deux volets :

 - La rénovation d'arbres existants, pour leur donner une longévité supplémentaire. Ces chantiers de taille seront assurés par une entreprise d'insertion, dont les employés seront formés au travail d'élagage en hauteur et aux règles de sécurité nécessaires. De plus, trois stages d'initiation à la taille et à la greffe, à l'intention du grand public, sont programmés par an.

- La plantation de nouveaux arbres de variétés anciennes, pour préparer l'avenir :

L'association prévoit l'achat de 100 arbres et 200 porte-greffes, donnant lieu à divers types d'actions :

* pour les scolaires : initiation à la plantation

* pour le grand public : dons d'arbres, fabrication d'arbres à partir de porte-greffe, lors de journées organisées.

 

En plus, une incitation sera menée auprès :

* des entreprises afin qu'elles aménagent des "espaces fruitiers verts" autour de leurs installations.

* descommunes afin qu'elles créent des vergers communaux et qu'elles réintroduisent le fruitier en ville.

 

 

A lire, témoignages sur les vergers

 

parolesdhommesetdevergers

 Commande auprès de Rosette Vallat, tel : 04 79 07 18 58

 

Extraits du livre : 

livreparolesdep119

livrep15

 

 

livrecuisine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

livretaille

 

 

 

 

 

 


 

   

     Valoriser nos fruits

 

justarentaise

Depuis de nombreuses années l’opération ‘jus de Tarentaise’ mise en place par le CGD puis l’APTV (Assemblée du Pays Tarentaise Vanoise) permet aux possesseurs de pommiers de Tarentaise de valoriser leurs fruits en les transformant en jus. L’atelier ‘La source du verger’ à Gilly sur Isère assure la transformation des fruits en jus pasteurisé.
Les fruits sont descendus à l’atelier pour transformation, et récupéré par leurs propriétaires sous forme de jus, mis en bouteille et étiqueté.

L’atelier mobile (voir l’article dédié) nous permet de montrer lors de divers manifestations au cours de l’automne, la transformation des fruits en jus. Il sert également à la fabrication du jus, auprès des écoles, d’associations ou de communes.

confcormeLa collecte de pommes, toujours avec la ‘Source du verger’. Après certification de certains vergers de Tarentaise par l’organisme ‘Ecocert’, a permis de redonner une valeur certaines à tous ces fruits qui souvent restaient à terre. La récolte de l’automne 2014 (voir plus bas) en est la preuve.

La corme issue du Cormier ou sorbier domestique à également été valorisé sous forme de confiture, par un artisan de la Tarentaise ‘Lo Corti de Savoie’.


 

L'atelier mobile de fabrication du jus de pommes

Le grand atelier a été réalisé par l’entreprise Gilson, d’Hauteville sur Fier, après plusieurs mois d’informations et de déplacements de notre part, avec Rémy Bazeau, qui fut technicien agricole, spécialiste de jus de pommes et qui a pris la tête de cette réalisation en travaillant avec Monsieur Gilson. Résultat : un prototype remarquable dont tous les éléments fixés sur une remorque, permettent de travailler autour, et dont le poids n’excède pas 750 kgs.

ateliermobilemisenbouteille

Le défi était de tout monter sur une remorque de façon à pouvoir travailler autour, sans monter dessus et de respecter la limitation de poids de 750 kilos (sinon, il faut un permis spécial pour la tracter).
La remorque a été surbaissée et allégée (pas de plancher). Le groupe électrogène permet de travailler en autonomie électrique.
La succession des éléments :
Tout d’abord, des bacs pour un lavage rapide des fruits puis le broyeur équipé d’une grille moyenne. Les pommes broyées tombent dans un bac puis on les met à la presse. Le pressoir est à bandes : on empile les cadres équipés de toiles, pleins de pommes broyées.

baclavagebroyeurtoileapulpe

Les toiles ont une grande importance : elles retiennent une grande partie de la bourbe. Le jus s’extrait grâce à la presse hydraulique (pression de 160 bars) : aménagement spécial effectué par Paul Gilson, pour une utilisation plus aisée.

Le jus passe dans un bac de pré filtration qui retient les plus gros débris puis dans les bonbonnes constituant le pasteurisateur électrique de procédé Ditzler. La mise en bouteilles est manuelle (becs).
La pasteurisation est garantie 1 ou 2 ans par la législation mais dure plus longtemps quand elle est bien faite.

 

clayettesverinpressoirthermoplongeur

 

                        L'atelier mobile en vidéo.

 


ETE 2015 : Les deux premières « Nuits des Papillons » avec Philippe Francoz, au verger de la Ballastière : par Rosette Vallat


PseudoipsprasinanusNous avons établi avec Philippe Francoz , vice-président de la Société d’histoire naturelle de Savoie et grand spécialiste des papillons, un programme d’interventions, au Verger de la Ballastière. Le but est d’en étudier à différents moments, la population de papillons, ces études venant enrichir celles déjà menées dans le verger de la Chal depuis plusieurs années. Il s’agissait au départ de notre démarche, de mieux connaître ces insectes qui font partie de l’écosystème du verger.

A cet objectif s’ajoute désormais une autre préoccupation : la population de papillons régresse t’elle actuellement ; des espèces ont-elles disparu ?
Lors des deux premières séances (nuits du 26 au 27 juin et du 4 au 5 août), les journées furent chaudes et les nuits plus ou moins fraîches, avec une quinzaine de participants dont des enfants, qui assistèrent, certains pour la première fois, à une « chasse « auxnuipapil papillons. Attirés par une forte lampe, ils viennent voler et se poser sur un drap blanc où il est aisé de les observer et photographier.

 


Résultat de ces deux nuits : 140 papillons recensés (40 et 100). C’est relativement peu et confirme les craintes du début. Comme celle des abeilles dont 30 000 colonies disparaissent chaque année en France, leur population régresse, liées aux activités humaines : usage de pesticides, changement climatique, disparition des haies, pléthore de lumières nocturnes, « syndrome de la nature propre » (bords de route nettoyés par des machines qui broient les chenilles...)
Leur situation n’est que l’illustration du déclin global de la biodiversité, phénomène planétaire.

 


 

 28 mars 2015 : Stage sur l’équilibre de l’arbre, par Rémy Bazeau (président des Croqueurs de Haute Savoie), à Le Bois

 

 

stageleboisalle

stageleboisremi

 

 

                                 

 

stageleboisremiarbrestageleboisextgroup


 

 

                                                                                               

   


Automne 2014, des tonnes de pommes en Tarentaise ! 

 

L’alternance, mais pas seulement, nos deux vallées, Beaufortain et Tarentaise, voisines mais séparées par la montagne n’ont pas été logées à la même enseigne cette année en ce qui concerne la collecte de pommes. En Beaufortain la récolte fut très moyenne.
collectepommMais l’automne 2014 restera dans les mémoires pour son abondance de pommes en Tarentaise.
Après un été pluvieux, un automne très doux où les pommes gonflèrent (je n’ai jamais vu de pommes « mâle » aussi grosses, elles qui se cantonnent d’habitude dans une modeste moyenne) et tombèrent en grand nombre (« En restera t’il ? » nous disions-nous), il en resta beaucoup, beaucoup…Il était temps de concrétiser nos démarches amorcées avec la Source du Verger, de Gilly et de lancer avec eux une collecte bio de pommes, ce qui fut effectif après les visites des vergers déclarés, par l’organisme Ecocert. Cette opération a été un grand succès et s’inscrit dans notre démarche de montrer que les vergers ont une importance économique à prendre en considération. Cette action a également dénoté un changement d’état d’esprit chez beaucoup de personnes ne supportant plus ce gaspillage de pommes restant sous les arbres chaque automne, et nous faisant part de leur plaisir à nous aider à la collecte ou à nous confier leurs arbres.

31 Tonnes de pommes ont été collectées et valorisées en bon jus bio par la Source du Verger. collectepomDes pommes magnifiques, de toutes variétés, ramassées à Landry, La Chal, La Ravoire, Montrigon, Vulmix, la Côte d’Aime. Une grande mobilisation s’est manifestée : en plus des particuliers s’occupant de leurs fruits, 9 propriétaires nous ont confié leur verger à ramasser.
Au total, 31 bénévoles sont venus ramasser pour notre association durant 20 jours de travail. Nous avons fait appel une fois à TVI (Tarentaise Vanoise Insertion) pour un verger difficile et très pentu. Grâce au beau temps, il était plaisant de se retrouver et de joindre l’utile à l’agréable.
Merci au collecteur Noël Guichonnet qui s’est adapté avec bonne humeur à toutes les situations : 24kg à la Côte d’Aime, 1,241 T à Vulmix. Parfois il fallait transvaser les caisses dans les sacs, consolider l’attache d’autres sacs, et aller à différents points.


Mai 2004-mai 2014 : dix années que notre association a été créée et agit pour la sauvegarde et la promotion des prés vergers et variétés fruitières anciennes !


verger sous la neigeJe mesure le chemin parcouru depuis ce jour de mars, à la fin des années 80 quand, parcourant le verger de la Chal où j'aimais tant croquer des pommes, je vis quantité d'arbres abattus par la neige, car ils étaient trop âgés et abandonnés. Ce fut le début d'une prise de conscience – ces vergers étaient fragiles et voués à une prochaine disparition- et le point de départ d'actions ponctuelles : la restauration de deux bâtisses en ruines qui sont devenues la Maison de la Pomme à La Chal (1988-94) en passant par la création d'un verger de collection avec les élèves du Collège de Bourg Saint Maurice, et le début d'une collaboration avec le CGD (actuelle APTV : Assemblée du pays de Tarentaise Vanoise). Déjà, à cette époque était née l'idée d'un grand verger pédagogique à la Ballastière (commune de Landry), avec un bâtiment qui serait le cœur des vergers de Tarentaise. Et je « promenais » ce projet auprès des élus de la vallée, quelque peu perplexes !
Peu à peu, s'imposa l'évidence de créer une association pour mener une action collective et plus efficace sur les vergers (2004). Ce fut l'Association des Croqueurs de Pommes de Savoie Tarentaise qui rejoignit les milliers de membres de l'association nationale, créée en 1978 à Belfort.Verger de Grand GondonTrès vite, étant donné l'urgence d'agir et les moyens à mettre en œuvre, nous avons pris le parti de travailler avec les collectivités locales e

t régionales, et même l'Europe. Dès 2003, le verger de Grand Gondon fut créé en mesure compensatoire de la construction du chenal de crue du Torrent du Saint Pantaléon qui faisait disparaître un ancien verger. En 2003-2007 puis de 2009 à 2011, l'association mit en œuvre pour la commune de Bourg Saint Maurice, deux projets européens, Interreg III « Paysages à croquer » et Interreg IV : « Fruits, biodiversité et jeunes consommateurs » qui dotèrent notre région de réalisations marquantes comme le Verger de la Ballastière - tant attendu mais sans bâtiment !- et le grand atelier mobile de fabrication de jus de pommes pasteurisé.

Depuis novembre 2013, notre association, forte d'environ 150 membres, s'est étendue au Beaufortain, représenté par un groupe dynamique. L'association devient donc Croqueurs de pommes « Savoie Tarentaise Beaufortain »
La « Fête du Verger » organisée le 24 mai 2014, à La Ballastière (Landry), est venue conclure la première décennie de l'association dévolue aux vergers et à leurs fruits, représentatifs d'une biodiversité précieuse et menacée, pourtant riche de productions fruitières et porteuse d'une économie de proximité.

Rosette VALLAT

 

 

 

 


24 mai 2014 : Inauguration du verger et 10 ans de notre association

 

I. Cholley  Y. Paccalet   D. Favre    H. Gaymard   R. Vallat   M. Giraudy    E. Minoret   R.Chevronnet

espaces vert   conseiller régional  Maire de Landry  Député de la Savoie  présidente       Maire de bourg-   Conseiller général   secrétaire Croqueurs

Bourg-St-M          de la Savoie                                                                  des Croqueurs         Saint-Maurice      canton Bourg-St-M                                

Nous avons fêté les dix ans d’existence de notre association lors de la Fête du Verger organisée au 

mulearbre

verger de la Ballastière. Sous un grand soleil –fait rare lors de ce printemps maussade- et avec une forte affluence, nous avons eu deux motifs de satisfaction.

Tout d’abord, la réussite
de cette fête résolument environnementale
, avec des animations et des stands tournant autour du verger et du vignoble, ou des activités voisines. Les animations : promenades découvertes des oiseaux, des haies et des plantes ; ateliers de compostage, de greffage, de fabrication de BRF et de nichoirs, démonstration de traction animale, découverte du vignoble et de l’atelier mobile de fabrication de jus pasteurisé. Dans les stands : arbres fruitiers, fromages, sculptures, tisanes, miel, objets en laine mérinos. Bien sûr, il y avait un stand de bière –mais artisanale et bio ! 

Sous le chapiteau, des expositions de mammifères, de papillons du verger et des prairies fleuries, mais aussi, l’occasion de découvrir un monde inconnu : les champignons microscopiques ou myxomycètes, en compagnie de la spécialiste du sujet.

           Découverte de la haie                                                                                     Le stand laine

 laine

atelierbroyagegreffage

     L'atelier broyage                                           L'atelier greffage

mesminstandcroqueur

                  Les arbres de Philippe Mesmin                                                              Le stand des Croqueurs

preparatioBsculture

               J - une petite nuit, derniers calages                                               Les scultures de Roland Bertholin

hotelinsecgreffeetnid

         L'hotel à insectes                        Les ateliers nichoirs, compostage et greffage, à l'ombre des grands arbres

Le soir eut lieu une remarquable conférence d’Evelyne Leterme, fondatrice du Conservatoire végétal 

lethermed’Aquitaine sur « La biodiversité, amie du verger ». Belle démonstration pour lier passé et avenir, à savoir combien les anciennes pratiques d’agroforesterie, issues d’un savoir empirique basé sur l’observation et le respect de la nature, retrouvent actuellement tout leur intérêt, après des décennies d’arboriculture intensive, montrant peu à peu leurs limites. Cet intérêt est désormais vérifié et quantifié par des observations scientifiques et donne lieu à de nouvelles pratiques dont nous aurons l’occasion de parler (par exemple, la gestion de bandes herbacées entre les arbres ou l’usage du BRF)

 

giraudyB

Notre second motif de satisfaction fut de voir le Verger de la Ballastière inauguré à l’occasion de cette fête, sur l’initiative de Monsieur Giraudy, nouveau maire de Bourg Saint Maurice. Cette grande réalisation du projet européen « Fruits, biodiversité et jeunes consommateurs », conduite par les croqueurs pour la commune de Bourg Saint Maurice (2009-2011), restée longtemps confidentielle, trouva ainsi sa reconnaissance officielle et peut envisager un développement dans l’avenir.

 

 

 

 

vergerest

Dans le verger : regard vers l'Est

mulepaysag   Dans le verger : regard vers le Sud

 


 

 

Retour à la carte de France