ALPES LATINES

Président : Daniel BOHN

1 rue Moutet
05500 St BONNET

Tél : 06 61 66 82 42

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retour à la carte de France

Présentation :

Créée en 2005, cette association née dans les Hautes-Alpes recouvre les Alpes et préalpes du sud. Elle a pour objet de continuer le travail d'inventaire, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine fruitier entrepris par Marie Tarbouriech dans les années 1990 au sein du Conservatoire Botanique Alpin de Gap-Charance. Pays de prédilection pour la poire et la prune, les Alpes du Sud recèlent aussi un riche patrimoine pour les pommes. Citons en poires, la "Crémesine" (ou "Gloutte de Gap"), la" Brunachon", la "Martin sec", la "Trompe couillon", et la "Sarteau" (synonyme de "Certeau d'automne") dont on fait des fruits confits et une excellente confiture, en pommes la "Pointue de Trescléoux", la "Pomme Rave du Champsaur", la "Pastellier", la "Gibeline", les "Champ Gaillard" et la "Pomme de Risoul" deux variétés qui se conservent très bien, la "Pomme d'Adam" et la "Rouge de la Javie", très bonnes pommes d'automne, et en prune le "Perdigon violet", dont on faisait autrefois les fameuses pistoles. Et bien d'autres!

 

REMISE EN ETAT DES VERGERS DE CHARANCE

L’avenir continue à s’écrire à Gap Charance. Dans le cadre de l’action entreprise par la SAPN (Société Alpine de Protection de la Nature), avec une acceptation passive de la commune propriétaire, les vergers de poiriers 1, 2 et 6 ont été débroussaillés, les ronces et autres pousses coupées, gyrobroyées et des troncs sont blanchis progressivement grâce à un badigeon en biodynamie. Une réflexion est en cours pour le verger 4 de pommiers, qui recèle des variétés intéressantes.

Les croqueurs ne sont pas officiellement dans la boucle, malgré les demandes de la SAPN auprès de la ville de Gap, et nos propositions d'activités, d'animations culturelles et pédagogiques datent de plus de 3 ans maintenant.

Mais ceux qui se décarcassent presque quotidiennement, avec le stagiaire de la SAPN, aidés par une entreprise locale pour broyer et composter, sont bien croqueurs, puisqu’ils sont membres du bureau ou du conseil d’administration : pour ne pas citer Jean-Pierre et Pierre, sans oublier les aidants ponctuels.

Ils s’attaquent maintenant depuis quelques jours à la taille, enlevant d’abord ce qui est mort, mettant du cicatrisant, ... et ont besoin de renforts!

pour que Charance vive toujours!

Daniel BOHN 8/1/2017

Eclairssissement automne 16 4 resultat

 

Photos Jean-Pierre DEVAUX

 

 

 

 OU EN SOMMES-NOUS AUJOURD'HUI ?

 Rien ne peut se faire sans l’aval de la ville de Gap, malgré leur absence !

Mais beaucoup de travaux continuent à être réalisés à l'initiative de la SAPN, avec les subventions obtenues.

Trois vergers ont été traités (poiriers 1 et 2, poiriers 6), plus les vergers pommiers et poiriers n° 4 à l’initiative de Jean Pierre...

Débroussaillés, les arbres livrent leur état réel. Après gyrobroyage ce sont maintenant les activités de taille des bois morts et la taille tout court là où l’état des arbres le permet. Ce sont toujours Jean-Pierre et Pierre qui assurent. La journée taille organisée par la SAPN, qui vient d’adhérer aux Croqueurs, permettra de constater le travail déjà réalisé, et ce qui reste à faire. Ils sont toujours demandeurs d’aides bénévoles !

Au verger poiriers 6 une rangée a été inondée à cause d’un bassin éventré.

Le verger pommiers 6 avec les variétés régionales, sous la gestion d’Apple Cîmes (fabricant local de cidre glacé) sous convention avec la ville de Gap, a été taillé à la tronçonneuse par un « professionnel » des arbres !
La coupe sévère a transformé certains arbres en porte-drapeaux !

Le Directeur du CBNA est la seule personne du Directoire de Charance avec qui il y a des contacts. Les édiles de Gap sont particulièrement absents.

Quant aux Croqueurs de pommes, malgré les demandes de Jean-Pierre, de la SAPN et le soutien du CBNA, nous ne sommes toujours pas pressentis pour entrer au comité de pilotage.

Il y aura surement des arbres à remplacer en les récupérant ailleurs sur la région, là où les Croqueurs les ont recensés et identifiés.

Je terminerai pour évacuer les images de la taille à la tronçonneuse par ce passage de la Préface du Traité des Arbres Fruitiers de DUHAMEL DU MONCEAU, en 1768 :

« Chaque Arbre a un port &, pour ainfi dire, une façon d’être qui lui eft particulière ; elle eft fans contredit le réfultat des caractères qui diftinguent un Arbre des autres : un Connoiffeur les apperçoit, il en eft frappé ; mais ces petites différences ne peuvent être rendues fenfibles, ni par les figures, ni par le difcours. Celui qui les apperçoit ne peut même pas les expofer à un autre d’une manière bien décidée »

Après avoir été examinés par Paul, ingénieur en arboriculture, Président de l’association des Fruits anciens de l’Orpierrois (adhérente aux Croqueurs de pommes des Alpes latines), son diagnostic est qu’ils vont survivre !

Et faire des greffons pour notre séance de greffe en écusson cet été !

L’aventure continue !

Daniel BOHN, le 19 février 2017

 

 

Retour à la carte de France